Claire L. Chennault was born in Bloomington, Indiana on June 14, 1893. His early life was filled with broken dreams and poverty. His parents were farmers and had terrible financial problems when Chennault was a child. In 1915, he was drafted to fight in World War I. He was a Captain in the 71st Aero Squadron. He led a small group of young men in their fight to survive. He was wounded in France, and was honorably discharged in 1918.

As part of the “China’s World War II” series of blog posts, I will discuss the history of the 14th Air Force, which was finally given a name by the U.S. Army Air Force after the creation of the United States Air Force in September, 1947. The 14th Air Force was authorized by the Army Air Force on 18 January 1942 and officially activated on 1 February 1942 at Hamilton Field, California. Its mission was to train pilots and personnel for service in China. Also in 1942 the U.S. Army Air Forces created the “China Air Task Force” under General Claire L. Chennault, and the 14th Air Force was subordinated to it.

Een groep in het geheim gerekruteerde Amerikaanse piloten, geleid door een oud-piloot, verwierf tijdens de Tweede Wereldoorlog in twee landen de status van held en verdiende een blijvende plaats in de annalen van de luchtvaartgeschiedenis.

Het handjevol Amerikaanse huurlingen dat de aarde verschroeide om China te verdedigen stond officieel bekend als de American Volunteer Group (AVG), maar wordt het best herinnerd als de Flying Tigers – de Engelse vertaling van de naam Fay Hou. Deze bijnaam werd door dankbare Chinezen gegeven nadat Amerikaanse piloten op 20. december 1941 een groot aantal Japanse jagers boven Kunming hadden aangevallen. In slechts zeven maanden van intense luchtgevechten, creëerde de AVG een blijvende plaats in de luchtvaartgeschiedenis. Het vernietigde, volgens sommige rapporten, ongeveer 300 Japanse vliegtuigen, terwijl het slechts 69 vliegtuigen verloor.

Even beroemd is zijn briljante en controversiële commandant, Claire L. Chennault, wiens genialiteit voor leiderschap in het aangezicht van overweldigende kansen hem een held heeft gemaakt in zowel de Verenigde Staten als China. Shanno was een uniek persoon, in staat om grootsheid te inspireren in allen die onder hem dienden. Met het creëren van zijn legendarische groep piloten, bestaande uit voormalige U.S. Navy, Marine Corps en Army Air Corps piloten die in het geheim infiltreerden in China als artiesten en missionarissen, creëerde Shanno zijn eigen versie van de ideale huurlingengroep. Het was hem duidelijk dat betaalde soldaten een belangrijke rol konden spelen in luchtgevechten, en in zijn pogingen om zijn soms radicale ideeën aan militaire functionarissen te verkopen, citeerde hij vaak regels uit de Mercenary Army Epitaph, zijn favoriete gedicht van A.E. Hausman:

Op de dag dat de hemel instortte, op het uur dat de grondvesten van de aarde afbrokkelden,volgden zij hun beroep van huurling,ontvingen zij hun loon, en stierven.
Zijn schouders hielden de hemel in evenwicht:
Zij stonden, en de grondvesten bleven staan.
Dat God van deze verdedigers
heeft afgezien en de som der dingen heeft behouden.

De strijd om China begon officieel in 1931, toen het op hulpbronnen beluste Japan de kans greep om Mantsjoerije binnen te vallen. De Chinezen, verscheurd door jarenlange burgeroorlogen en gevechten onder krijgsheren, waren niet in staat de Japanse agressie te stoppen, die in de daaropvolgende jaren nog toenam. Drie van ‘s werelds grootste mogendheden – de Verenigde Staten, Groot-Brittannië en Frankrijk – probeerden via een diplomatieke dialoog invloed uit te oefenen op de Japanners, maar deze inspanningen hadden weinig effect op Japan en trokken niet de belangstelling van andere landen. De slachtingen gingen door toen de Japanners zonder weerstand te bieden over de vruchtbare landbouwvlakten van Oost-China trokken. Beijing en Shanghai capituleerden snel voor meedogenloze aanvallen op strategische militaire installaties en burgerbevolkingscentra.

Sergeant W.C. Billy McDonald, Kapitein Claire Chennault en Sergeant J.H. Luke Williamson, Drie mannen op een vliegende trapeze. (Bettman/Getty Images)

Claire L. Chennault and the Flying Tigers

Het verhaal van de Vliegende Tijgers begint ook in het begin van de jaren 1930, toen kapitein Claire Lee Shanno een team van U.S. Army Air Corps-precisiepiloten opleidde en leidde, die in de hele Verenigde Staten optraden. Shanno, geboren in 1890 en opgegroeid in Louisiana, probeerde zonder succes piloot te worden tijdens de Eerste Wereldoorlog. De oorlog eindigde voordat hij zijn vleugels kreeg, maar hij bracht de na-oorlogse jaren door met het perfectioneren van zijn vliegkunsten en het oefenen van luchtmanoeuvres, vooral het gebruik van drieën. Virtuoos teamwork is de kracht van het Army Flight Team. Shanno noemde zichzelf Three Men on a Flying Trapeze en vloog Boeing P-12 tweedekkers met Master Sergeants Billy MacDonald en J.H. Williams. Deze kleine vliegtuigen waren uitgerust met 450 pk motoren en konden een topsnelheid bereiken van 194 mph.

Op elke locatie landde het driekoppige team, landde en ging vervolgens in positie staan voor het wachtende publiek. De twee buitenpiloten, MacDonald en Williams, verlieten hun vliegtuig, elk met een touw van 20 voet. Met grote dramatische vaardigheid bonden zij het ene eind van het touw aan de vleugelbeugels van hun vliegtuig en het andere eind aan de linker- of rechterbeugel van Shannons vleugel. Toen gingen ze terug naar hun hutten, zwaaiden naar de menigte en vertrokken.

De teamleden, letterlijk aan elkaar vastgebonden met twee dikke touwen, voerden een aantal langzame, luie salto’s uit over het bewonderende publiek. De meest indrukwekkende stunt was echter een manoeuvre waarbij een volledige draai van 360 graden werd gemaakt. De Chennault-toestellen voerden een gesynchroniseerde steile bocht uit, terwijl de twee buitenste toestellen een spin en op-en-neer manoeuvre moesten uitvoeren, waarbij zij zeer voorzichtig moesten zijn om de vleugelbeugels van de Chennault-toestellen niet af te breken. Het was absoluut adembenemend.

In 1937, had Shanno 20 jaar gediend in de U.S. Air Force. Gedeeltelijk doof door jarenlang in een open cockpit te hebben gevlogen, ging hij met pensioen en werd de stuntvlieggroep ontbonden. Maar bij hun laatste optreden was er één toeschouwer die een belangrijke rol zou spelen in de toekomstige carrière van Chennault: de Chinese luchtmachtgeneraal Mao Pang-Tso. De Nationalistische leider van China, Generalissimo Chiang Kai-shek, had een getalenteerde en ervaren vliegenier nodig om de gevechtsluchtmacht van zijn land te leiden en te organiseren, die de Chinese grondtroepen wilde helpen om de opmars van zwermen Japanse soldaten, die China te land, ter zee en in de lucht teisterden, tot staan te brengen. Shenno nam de uitdaging aan en werd bevorderd tot kolonel in de Chinese Nationalistische Luchtmacht.

In de maanden die volgden, werkte hij hard aan het organiseren en opleiden van jonge Chinese piloten om deel te nemen aan de verdediging van hun land. Maar door politieke druk en een tekort aan vliegtuigen was hij gedwongen veel cadet piloten terug te sturen naar de Verenigde Staten om hun opleiding af te maken.

Tussen 1937 en 1941 bestond het Chinese leger uit verschillende regionale militaire elementen die werden beschouwd als de persoonlijke legers van machtige en rijke landbaronnen. Dit heeft geleid tot onenigheid onder het management, een ongeorganiseerde planning en een inefficiënte toewijzing van schaarse middelen. Te midden van al deze chaos stuurde Chan Chennault begin 1941 naar de Verenigde Staten om bij President Franklin D. Roosevelt te pleiten voor steun aan een geheim buitenlands hulpprogramma voor China.

Toevallig was Roosevelt al op zoek naar een manier om China te helpen tegen de Japanners. Met de stilzwijgende goedkeuring van de President en de hulp van de broer van Mevrouw Chiang Kai-shek, TV Sung, die in Washington DC woonde, kreeg Chennault toestemming om naar China terug te keren met 100 Curtiss P-40B gevechtsvliegtuigen die oorspronkelijk voor Groot-Brittannië waren bestemd.

Eén van de honderd AVG Hawk 81-A-2 met vizier Het toestel met nummer 68 was toegewezen aan Charlie Older, maar werd ook gebruikt door Robert Hedman op zijn dagvlucht op de 25e. Gestolen in december 1941. (Nationaal Archief)

Claire L. Chennault and the Flying Tigers

Even belangrijk voor de toekomst van China was dat President Roosevelt een geheim uitvoeringsbesluit opstelde en ondertekende dat de aanwerving toestond van Amerikaanse militaire piloten en grondpersoneel voor de American Volunteer Group. De eigenlijke aanwerving geschiedde via een dochteronderneming van Aviation International, de Central Aircraft Manufacturing Corporation (CAMCO). Het recruteringsteam, dat verschillende gepensioneerde commandanten van de Amerikaanse marine omvatte, kamde leger-, marine- en marinekorpsbasissen uit op zoek naar vrijwilligers met gevoel voor avontuur en enige vliegervaring. In ruil voor de ondertekening van een contract van een jaar, werd hun gezegd dat zij na afloop van het contract naar hun oude rang konden terugkeren.

Medio 1941, ongeveer zes maanden voor de Japanse aanval op Pearl Harbor, kregen de meeste militaire piloten $260 per maand, geen slecht salaris voor die tijd. De loonschaal voor AVG piloten was $750 per maand voor een gekwalificeerde squadronleider, $675 voor een vluchtleider, en $600 per maand voor een wingman. Grondpersoneel werd tussen de $150 en $350 per maand betaald, afhankelijk van hun specialisatie. Hij beloofde ook een premie van 500 dollar voor elk neergeschoten of vernietigd Japans vliegtuig. Maar volgens sommige AVG-piloten was Generalissimo Chang een beetje traag met het tekenen van bonuscheques voor bevestigde kills.

De meeste Amerikaanse vrijwilligers die in de zomer en de herfst van 1941 naar het Verre Oosten gingen, waren jong en betrekkelijk onervaren. In totaal 87 piloten en ongeveer 300 grondpersoneel vervoegden Shanno op een trainingsbasis in Birma, waar ze vertrouwd raakten met de P-40B en begonnen met een slopende tactische training.

Toen Chennault 100 P-40’s in ontvangst nam van de Curtiss Wright fabriek, konden ze alleen op een schip geladen worden aan een dok in New York City. Toen de romp werd opgetild met de eerste kist aan boord, brak het touw en viel de romp in de Hudson-rivier met de motor, de radio’s en alle instrumenten in de kajuit. De kist werd teruggevonden, maar de motor en de meters waren overstroomd en werden als verloren beschouwd. Er waren nog maar 99 vliegtuigen over. Toen de manschappen, uitrusting en P-40’s de verzamelplaats bereikten, verdeelde Shanno de vliegtuigen in drie AVG-squadrons. De 1. Het eskader kreeg de aanduiding Adam en Eva met rompnummers van 1 tot 33. De tweede. Het squadron kreeg de naam Panda Bears en kreeg de vliegtuignummers 34 tot 66. De derde. Het squadron, Hell’s Angels genaamd, kreeg de vliegtuignummers 67 tot 99 toegewezen.

De Britse Royal Air Force deelde zijn schamele faciliteiten met AVG gevechtsvliegtuigen op het Kyedaw oefenterrein, nabij Toungoo, Birma, ongeveer 170 mijl ten noorden van Rangoon. De opleiding werd voortgezet, maar door het falen van de Allison motor op de P-40, alsook door fouten van de piloten en talrijke verliezen als gevolg van de Wet van Murphy, werd het aantal gevechtsklare toestellen teruggebracht tot ongeveer 55 tegen december 1941.

De werknemers van Aircraft
P-40 geschilderd op de rekken die worden onderhouden in het CAMCO-magazijn (Central Aircraft Manufacturing Company). De arbeiders worden geïnspireerd door de woorden die op de zuilen zijn gegraveerd: Werken voor gerechtigheid en vrede. (Nationaal Archief)

Claire L. Chennault and the Flying Tigers

Op dat moment waren drie van de vrijwilligers omgekomen bij opleidingsongelukken. Maar zij die bleven, waren klaar om te handelen, geïnspireerd door de onuitputtelijke energie en creativiteit van hun leraar, en ook door de nieuwe kleur van hun vliegtuigen – een wijd opengesperde haaienbek met boze ogen.

Na de verrassingsaanval van de Japanners op Pearl Harbor, Hawaii, op de 7e. In december 1941 begonnen de AVG-jagers met hun robuuste P-40 toestellen serieus in actie te komen. Vanaf 8. In december vielen Shannon’s mannen gronddoelen aan en namen vijandelijke vliegtuigen gevangen in het hele operatiegebied China-Birma-India (CBI). Hun missie was het beschermen van de Birmaweg, een vitale bevoorradingslijn van 600 mijl die het ruige terrein tussen Lashio en Kunming doorkruiste. Door het beoefenen van commandotactieken versloegen zij dag na dag steden en dorpen met moeilijk uit te spreken namen als Lungling, Poashan, Kunming, Kweilin, Yunanyi en Changyi en behaalden zij indrukwekkende overwinningen op de Japanse strijdkrachten.

Hun acties werden al snel legendarisch in de Amerikaanse pers en elders. De Britse premier Winston Churchill, die niet van loze loftuitingen hield, stuurde in 1942 een telegram naar de gouverneur van Birma: De overwinningen van deze Amerikanen op de rijstvelden van Birma zijn in soort, zo niet in omvang, vergelijkbaar met de overwinningen van de Royal Air Force op de hopvelden van Kent in de Battle of Britain.

John M. Williams (links) was betrokken bij de ontwikkeling van het Jing Bow vroegtijdig waarschuwingssysteem voor de AVG. Juist: David Tex Hill bleef om nieuwe piloten op te leiden voor de US Air Force. (Flying Tigers Association)

Claire L. Chennault and the Flying Tigers

L’ancien membre de l’AVG John M. Williams, qui était un ami de Shanno, s’est par la suite souvenu de ses propres expériences à l’époque où les Américains ont développé un système d’alerte précoce en Chine, connu sous le nom de Jing Bow (ou Bao) : Ik heb Shanno geholpen een uniek luchtalarmnetwerk op te zetten. Non, pas un radar, mais une matrice de communication qui couvre la totalité de la province du Yunan [qui est beaucoup plus grande que l’État du Texas].

Nous avions environ 165 radios de tous types et fabricants. Ils ont tous bien fonctionné. Certains d’entre eux fonctionnaient même avec des piles. Les batteries dites de type A, B1, B2 et C étaient difficiles à trouver. Ils ont fourni les valeurs de tension/courant nécessaires pour les tubes à vide électroniques et les fonctions des circuits. Chaque batterie était aussi grande que le portefeuille d’un homme. Les trois types de piles étaient nécessaires pour faire fonctionner une de ces radios.

Bref, nous avons distribué toutes les radios à nos amis les plus fidèles. La plupart des radios que nous avons sélectionnées étaient des téléphones de campagne de type militaire. Ils étaient reliés à notre quartier général conspirateur au siège de l’AVG à Kunming par des kilomètres de câbles de communication militaires à deux fils. Ces avant-postes éloignés étaient secrets. Ainsi, un réseau d’identification des avions a été créé.

Cependant, le fil de communication militaire à deux fils était coupé et volé presque chaque nuit. Le réseau s’est avéré inefficace. Nous avons attrapé 21 de ces voleurs de câbles… sur une période de temps… et les a tous exécutés. Pourtant, les fils ont quand même été volés.

Finalement, je suis allé voir le gouverneur de la province du Yunnan et lui ai expliqué mon problème. Il m’a dit de ne pas m’inquiéter, qu’il allait s’en occuper. Quelques jours plus tard, le gouverneur m’a appelé auprès de lui et je suis allé avec lui et mon interprète, P. Y. Kue, dans un village voisin. Alors que nous approchions du village, j’ai remarqué un homme pendu par le cou à un poteau à l’entrée du village. Le gouverneur a ordonné que ce voleur soit pendu à un fil devant toute la population du village voleur.

On m’a dit que c’était une question de visage chinois. La famille du voleur a perdu la face pendant 100 ans. Le village a perdu son visage depuis 50 ans. Tu sais, depuis ce jour… Nous n’avons pas perdu un centimètre de fil !

Maintenir la communication n’était qu’un des nombreux défis auxquels les membres de l’AVG étaient confrontés. L’essence et les pièces détachées étaient des marchandises de grande valeur et devaient être transportées à Kunming via Ghorb, une route aérienne au-dessus de l’Himalaya depuis l’Assam, en Inde, pour utiliser l’AVG. La loi non écrite était que vous devez vous contenter de ce que vous avez ou pas du tout. Les conditions météorologiques chinoises imprévisibles étaient un autre facteur qui bloquait souvent les opérations offensives de l’AVG.

Donald Welpley, qui était le météorologue en chef d’AVG, a aidé John Williams à créer le système de prévisions météorologiques, tout comme Jing Bow. J’ai rejoint l’AVG en juillet 1941, se souvient-il. – À l’époque, je servais en tant que météorologue au sein de la 54e division aéroportée. Escadron de patrouille de la marine à la base aérienne de Norfolk, en Virginie.

Quand la marine a enfin compris que j’étais sérieux à propos de mon départ pour rejoindre Chennault en Chine, ils m’ont laissé aller à l’AVG pendant un an. Peu d’entre nous ont réalisé dans quoi ils s’engageaient !

John m’a envoyé sur différents aérodromes secrets de l’AVG dans la province de Yunan pour aider nos opérateurs radio à mettre en place un réseau radio rudimentaire pour notre système d’alerte aux raids aériens. J’ai aussi aidé à construire d’autres aérodromes souterrains de rechange et à installer notre équipement de prévision météorologique.

Shanno (à genoux, portant un chapeau sombre) parle de la carte aux membres de l’AVG. La principale tâche des Flying Tigers entre décembre 1941 et juillet 1942 est la défense de la route de Birmanie. (Association des Tigres Volants)

Claire L. Chennault and the Flying Tigers

Les opérateurs chinois n’ont pas eu besoin d’identifier l’avion. Il leur suffisait de transmettre le nombre d’avions aperçus, leur localisation et leur direction de vol. De retour au quartier général à Kunming, John a reporté les distances sur une carte murale. Si nous n’avions pas d’avions dans la zone que nous signalions, il devait s’agir d’avions japonais en patrouille ou en mission de bombardement.

Mais s’ils s’approchaient d’un de nos aérodromes, Shanno attendait qu’ils soient à moins de 80 km de la base. Puis il a ordonné aux P-40 de monter et de les attaquer. Grâce à notre réseau d’alerte radio, nous avons économisé plusieurs milliers de gallons de carburant d’aviation. Nous n’avons pas eu besoin de chasser nos ennemis, ils sont venus à nous eux-mêmes. Les Japonais ne comprenaient pas comment nous savions qu’ils arrivaient. Ça a dû la rendre folle !

Leo J. Schramm de Cumberland, Pennsylvanie, a servi comme chef d’équipage sur un certain P-40 portant le numéro 92 sur le fuselage. Son pilote était Robert Duke Hedman. Des années plus tard, alors qu’il se souvenait de ses expériences avec l’AVG, Schramm a évoqué les événements d’une mission mémorable le jour de Noël 1941. Pearl Harbor a eu lieu environ deux semaines avant ça, dit-il. Nous étions dans la troisième. Escadron, stationné à Rangoon, en Birmanie. Nous savions que les Japonais allaient bombarder la ville et que les rues seraient encombrées de réfugiés tentant d’échapper à l’assaut.

Quand les bombardiers et les chasseurs sont arrivés, Duke est monté et a abattu cinq avions japonais en un jour. Il est devenu un as… en un seul jour ! Mon pilote ! Mon avion ! Vous savez, cet avion a été construit comme une semi. Cela pourrait entraîner une lourde amende. Et il ne se passait pas grand-chose avec lui.

J. Richard Dick Rossi de Fallbrook, Californie, ancien président de l’association des Flying Tigers, se souvient avec émotion du jour où il a été recruté dans l’unité qui sera plus tard connue sous le nom de Flying Tigers : J’étais un jeune pilote de la Navy servant à Pensacola, en Floride. Je me souviens avoir coupé tous les boutons en laiton de mon uniforme afin de ne pas être associé à l’armée américaine, et avoir rendu mon équipement de vol.

Quelques semaines plus tard, un groupe d’entre nous a embarqué sur un navire et a pris la mer depuis San Francisco. Nous avions tous de faux passeports américains. …. Nos métiers étaient répertoriés comme menuisiers, ferblantiers, musiciens, électriciens, maçons, etc. [listé]. Nommez une profession, et je suis sûr que quelqu’un l’a inscrite dans son passeport.

Rossi a eu une carrière impressionnante chez AVG. Mon dossier de combat indiquait que j’avais 6,35 tués confirmés et six autres tués probables, s’est-il souvenu des années plus tard. Je suis resté avec AVG pendant toute la durée du contrat d’un an du 4e. juillet 1941 jusqu’au 4. juillet 1942, date à laquelle nous avons été officiellement dissous.

Les avions pilotés par les membres de l’AVG étaient désignés comme des P-40 mais étaient pour la plupart des Curtiss Hawk 81-A3, la version export du P-40. Il était plus lent que certains de ses concurrents, notamment le Supermarine Spitfire britannique, le Messerschmitt Me-109 allemand et le Mitsubishi A6M “Zero” japonais. Il était également plus lourd et moins maniable que les avions japonais et pouvait difficilement être utilisé comme chasseur à des altitudes supérieures à 25 000 pieds.

Robert Neal, un des meilleurs as du Tigre avec 15 1/2 avions ennemis confirmés à son actif (et auquel ses collègues pilotes attribuent au moins 25-30 autres non confirmés), a évalué son avion de cette façon : Le P-40 était une excellente plateforme de lancement. Cependant, il était fortement blindé pour protéger le pilote et mettait 20 minutes à monter à 20 000 pieds lorsqu’il était entièrement armé et alimenté en carburant aviation. Le P-40 avait deux mitrailleuses de calibre .50 montées sur le nez et deux mitrailleuses de calibre .30 montées dans chaque aile. Le pilote devait donc apprendre quand plonger, à quelle vitesse viser une cible et quand appuyer sur la gâchette pour tirer les six mitrailleuses à dents.

Shenno entraînait ses pilotes sans relâche. Il insistait pour que les équipes soient toujours composées de deux avions et s’assurait que ses hommes utilisaient le P-40 à son plein potentiel. Il était solide et pouvait généralement vous ramener chez vous, même s’il était très endommagé. Il avait également d’excellentes compétences en matière de plongée.

David L. Tex Hill, qui a eu 18 tués 1/4 pendant la guerre, était l’un des cinq pilotes de l’AVG qui sont restés après la fin de leur contrat et ont aidé à former les nouveaux pilotes de l’U.S. Army Air Forces (USAAF) qui sont arrivés dans le 23rd Fighter Group, également connu sous le nom de China Air Task Force, qui a remplacé l’AVG. Plus de 40 ans après la guerre, Hill se souvient de sa première victoire au combat :

C’était ma première mission au-dessus de la Thaïlande. Nous avons été briefés et quatre d’entre nous ont quitté Rangoon pour attaquer un aérodrome appelé Tak. Un P-40 a eu des problèmes de moteur et est retourné à Rangoon. Trois d’entre nous sont passés à autre chose.

J’étais très excité à l’approche de la ligne d’arrivée. Puis j’ai remarqué que nous étions trop nombreux en formation. Un Zero japonais s’est approché et s’est assis sur la queue du P-40 devant moi. J’ai appuyé sur la gâchette, j’ai ouvert le feu avec mes mitrailleuses, et j’ai éliminé le Zéro.

A mon insu, il y avait un autre Zéro avec nous, mais je n’ai pas eu l’occasion de le remarquer. Il a fait 33 trous de balles dans le fuselage de mon P-40 avant que je puisse me libérer. Plus tard, lors de la même mission, un autre Japonais m’a foncé dessus. de front ! J’ai appuyé sur la gâchette de la mitrailleuse. Nous étions de plus en plus proches. Je pensais qu’on allait se heurter, mais il a explosé devant moi ! Je n’ai touché à aucune de ses épaves.

Lorsque le contrat d’un an avec AVG a été signé le 4. En juillet 1942, l’armée de l’air américaine prend en charge toutes les opérations du CBI. D’un trait de plume, l’AVG devient le 23e groupe de chasseurs. Shenno est promu au rang de général de brigade et reste le premier commandant de groupe. Le nom de Flying Tigers a été adopté plus tard par la 14e Force aérienne, mais à l’origine, tous les Flying Tigers servaient comme mercenaires sous le commandement de Shanno.

Malheureusement, les dirigeants de l’armée ont ensuite utilisé des mots forts et des tactiques pour minimiser les performances de l’AVG au cours du premier semestre 1942. De nombreux anciens membres de l’AVG ont été indignés par les rumeurs concernant leur comportement flamboyant pendant leurs années de tournée. Malgré les supplications de Chennault, seuls cinq anciens pilotes de l’AVG et une trentaine de membres du personnel au sol restent avec lui pour former les pilotes inexpérimentés qui arrivent maintenant en Asie pour des missions de combat. La plupart des pilotes de l’AVG sont rentrés en Amérique pour rejoindre leurs anciennes unités militaires. D’autres sont restés en Extrême-Orient, pilotant des avions cargo Curtiss C-46 Commando et Douglas C-47 Gooney Bird de l’Inde à la Chine via Gorb.

Posant pour les caméras du magazine Life à l’aérodrome de Mingladon, près de Yangon : Les Flying Tigers Jack Newkirk, Henry Gesselbracht, Jim Howard (siège avant), Bill Bartling et Robert Leicher (siège arrière). (George Rodger/Time Life Pictures/Getty Images)

Claire L. Chennault and the Flying Tigers

Pendant près de sept mois de combat (du 18 décembre 1941 au 4 juillet 1942), les chasseurs et les véhicules de l’AVG ont abattu 296 avions ennemis confirmés et 300 autres probables. Le Japon a perdu 1 500 pilotes, bombardiers, navigateurs et artilleurs dans cette bataille aérienne. L’AVG a également détruit 573 ponts, 1 300 bateaux de rivière et d’innombrables véhicules routiers, et tué des milliers de soldats impériaux japonais.

Les pertes totales de l’AVG sont de 69 avions et 25 pilotes. Deux chefs d’équipage, dont le mécanicien John E. Fauth, ont été tués lors de bombardements japonais sur divers aérodromes. Le jour où le groupe a été dissous, il ne restait plus que 30 P-40 bien entraînés dans le groupe.

Bien que de nombreux anciens membres de l’AVG soient rentrés aux États-Unis et aient rejoint leurs anciennes unités, certains ont continué à servir dans le Pacifique Sud ou en Europe. Certains sont ensuite retournés sur le théâtre CB comme pilotes de chasse. L’un des anciens chefs d’équipage de l’AVG, Don Rodewald, est devenu pilote et a terminé sa période d’affectation à l’IBC en tant que pilote de chasse North American P-51 Mustang.

Le général de division Chennault a pris sa retraite de l’armée de l’air américaine quelques semaines seulement avant la capitulation du Japon en 1945. Il n’est pas invité à la cérémonie de capitulation du Japon à bord de l’USS Missouri. Certains spéculent qu’il a été intentionnellement exclu en raison de son apparence controversée, qui a mis en colère plus d’un patron jaloux. Bien sûr, il n’était pas non plus diplômé de West Point et n’était pas considéré comme un des gars.

Après la guerre, Shenno a participé à l’organisation d’une compagnie aérienne civile nationaliste chinoise connue sous le nom de CAT, qui distribuait des fournitures humanitaires dans tout le pays. Il est mort d’un cancer du poumon en juillet 1958, le même mois où le Congrès l’a promu lieutenant général.

Mais la légende de l’American Volunteer Force perdure. Ceux qui connaissent la Seconde Guerre mondiale, et beaucoup d’autres qui ne la connaissent pas, ont entendu des histoires sur les incroyables victoires du groupe sur les Japonais à une époque où les Alliés semblaient avoir peu de succès dans le Pacifique. Ces dernières années, les historiens ont remis en question certains records de l’AVG, notamment le nombre d’avions abattus. Aujourd’hui, près de 60 ans après que l’incroyable bande de mercenaires de Claire Chenault a quitté son pays à l’autre bout du monde, il n’est pas toujours facile de distinguer la réalité de la fiction. Une chose est sûre, cependant : Les tigres volants ne doivent jamais être oubliés.

Cet article a été écrit par Ronald W. Regan et publié à l’origine dans Aviation History Magazine en novembre 2000.

Pour d’autres articles intéressants, consultez le magazine Aviation History.

Frequently Asked Questions

Who was the leader of Flying Tigers?

The leader of Flying Tigers was Claire Lee Chennault.

Who was in charge of the Flying Tigers?

The Flying Tigers were a group of American pilots who flew for the Chinese Air Force during World War II.

What contribution did the Flying Tigers make in World War II?

The Flying Tigers were a group of American pilots who flew for the Chinese Air Force during World War II.

cynthia louise chennaultflying tigers membersclaire lee chennault grandchildrenclaire p. chennaultclaire chennault wifeflying tigers ww2,People also search for,Feedback,Privacy settings,How Search works,Claire Lee Chennault,Pappy Boyington,Tex Hill,Robert William Prescott,Robert T. Smith,Charles Older,See more,cynthia louise chennault,flying tigers members,claire lee chennault grandchildren,claire p. chennault,claire chennault wife,flying tigers ww2,claire chennault quotes,flying tigers movie

You May Also Like

The Stories Behind Five Iconic World War II Images

This blog will explore the stories behind five iconic World War II…

The Complicated Legacy of Matthew Maury, the ‘Scientist of the Seas’

Matthew Maury, an avid oceanographer, was a noted marine scientist and captain.…

How the Vietnam Ended in 1975

When the Republic of Vietnam officially surrendered to the Communist army in…

Battle Of Okinawa: Operation Iceberg

This text is sensitive. Try generating new copy. The Battle of Okinawa…